Ecotrail 2012 par Franck

Et bien voilà, c’est fait.

Il y a un an de cela, j’étais avec une attelle, les ligaments croisés arrachés et le latéral interne également, le cœur vidé de toute substance, père, mère, …. Et avec quelques kilos de trop! Une seul envie, remonter et remonter vite!

 Un super bon kiné, traileur également et voilà... du travail et encore du travail, le genou revient, les muscles aussi, et les kilos s’envolent, au total plus de 14 de perdus.

Reprise des courses, avec les gendarmes en off en 3H44 pour un retour, sans savoir si le genou va tenir.

Et puis l’inscription sur l’Ecotrail en août, je ne me rendais pas bien compte où j’allais et je suis sûr que certains n'auraient pas misé une pièce sur moi.

Alors j’enchaîne les courses et les résultats s’améliorent les uns derrière les autres, 1h40 de gagné sur le Sparnatrail en 5h53.

Et puis, une très belle rencontre avec Juan Carlos Pradas, un grand dans l’ultra-trail. Nous nous lions d’amitié et il me fait un plan d’entraînement. Malheureusement, je ne pourrai faire que 3 semaines du plan. Avec des semaines à 120, 150 kilomètres, les résultats sont là et c'est la métamorphose, je gagne en muscles dans les cuisses et en rapidité, 10 km de Rueil en 36’soit 15km/h de moyenne mais aussi en endurance.

Je soigne mon alimentation.


Je fais une reconnaissance avec Romu et Dan, une super matinée de 4h30 entre Buc et Chaville et une autre reconnaissance avec Juan et Christian Dubois (19ème sur l’Ecotrail), nous tournons à 13.5 m/h de moyenne, et je tiens, ils ne me font pas de cadeau. J’en bave dur!

Dernière semaine, je prépare mon matériel: juste une ceinture, je vais voyager léger car chaque kilo supplémentaire sera très lourd au fur et à mesure. Je fais l’inventaire du matériel, une fois, deux fois, etc….

Je choisirai ma tenue au dernier moment, MAIS LE ORANGE SERA OBLIGATOIRE AVEC MON PORTE-BONHEUR Où EST MARQUE  «GAZELLE».

Le 22 mars, une amie, Pascaline,  me fait un bon massage pendant presque 3h.

Le 23 au matin, le dos bloqué, impossible de mettre un pied devant l’autre! ggggrrrrr le STRESSSSS!

Le 24 plus rien, serein, calme, apaisé, mais une très grosse montée de larmes que je ne peux contenir pour plusieurs raisons!

J’ai tout organisé, planifié. Pour les ravitaillements, j’ai un team d’enfer. (à la Romu)

Je vois Romu juste avant le départ et j’en suis heureux, on se glisse quelques mots d’encouragement, Pépé et Malou au téléphone, Stéph L. Président, chacun a eu un petit mot gentil et d’encouragement pour moi, et je leur ai promis un petit morceau de la Tour Eiffel. Alors, je n’ai pas le droit à l’échec.

Il est l’heure d’aller dans le sas, et voici ma première erreur de débutant: je suis au fond du peloton.

¼ heure, 20 minutes de perdus, on accélère, on ralentit, on s’arrête, et on repart et ainsi de suite GGRRRRR

J’essaie de suivre les conseils de Juan, gère les 40-50 premiers kilomètres à 11-11,5 MAX, puis gère de petites distances 10 km et ainsi de suite.

Je passe le premier ravito sans m’arrêter, mon assistance est là et tout roule. Pascaline et Eric me suivent, récupèrent mes gourdes et me donnent les autres remplies. Je suis effaré de voir le nombre d’abandons au premier ravito.

Je passe aux étangs de Ville d’Avray où ma fille Margaux me rejoint, quel bonheur de la voir.

Pour moi, tout va super bien, le moral et le physique, je remonte, je n’arrête pas de remonter, je suis bien, aucune douleur.

Je sens vos  petites mains qui me poussent dans le dos, j’ai promis un petit bout de Tour Eiffel.

Je pense à pleins de choses, mes parents qui ne sont plus, Isa, vous tous, et toutes ces merveilleuses rencontres.

La course refait surface et j’entends Juan qui me botte les fesses et qui me dit: "gère, comme je te l’ai dit!"

 

Il est difficile de doubler sur des sentiers où une seule personne peut passer et encore du temps de perdu, les côtes se passent plutôt bien, je relance 10 mètres avant le sommet et continue ce rythme sur le plat. Je fais la différence sur quelques concurrents, les ravitos se passent bien, Pascaline et Eric sont toujours là et m’encouragent avec Cat.

J’essaie de tenir tout le monde informé de mon avancement, mais mon téléphone est saturé de SMS.

Tout va bien, il est 19h20 environ, la nuit tombe et je suis au ravito de Saint-Cloud, je vois la Tour Eiffel, elle est là, à bout de bras, je commence à fatiguer, mais j’ai toujours un bout de Tour Eiffel à donner, je l’ai promis.

La descente commence et je retrouve Pascaline et Eric sur les quais, Ils feront les derniers kilomètres avec moi, elle se rapproche, je la sens, je hurle! "ça y est, je l’ai fait, elle est à moi!"

Je me lâche, les larmes me coulent sur le visage , j’ai du mal à coordonner mon cœur avec mes mots et mes gestes.

Je suis seul, mais sur l’arrivée, une haie d’honneur m’applaudit avant la Tour Eiffel et crie mon prénom, je ralentis et je la regarde, elle est là devant moi, je rêve, on me dit de passer sur le podium alors je monte dessus. Il est prévu pour les coureurs et j’arrive devant les premières marches, je suis vidé et heureux, j’attaque la première marche et ainsi de suite, il y en a 357, je respire chaque marche, je regarde Paris et le premier étage, il me reste une dizaine de marches et un gardien me regarde arriver avec un sourire de joie et de bonheur pour moi, nous nous regardons dans les yeux et il se rend compte des efforts que nous avons fait.

Je m’approche du porche d’arrivée et je hurle: "yessss!" Je rigole tout seul, je pleure pour de nombreuses raisons mais comme je suis heureux, je me sens vivre car je suis libéré d’un poids énorme qui m’empêchait de vivre et d’avancer depuis 3 ans. 

Je téléphone à Juan qui hurle de joie pour moi (lui qui fait des 200, 300 kilo et plus), à Pépé idem, que du bonheur partagé.

A tous ceux à qui je j’avais promis, je leur offre avec un grand bonheur un petit bout de la Tour- Eiffel.

Et j’offre ma petite victoire à Isa.

D’autres aventures nous attendent tous, mais que de chemin parcouru.

L’année prochaine peut être, tous ensembles sur le 80, une bande de fous en orange sur la ligne d’arrivée!!!

C’était mon écotrail, je l’ai vécu, ressenti et savoureé à chaque moment.

8h59,  286ème sur 1693 et 111ème sur 630 en V1.


Franck

cjc chierry j'y cours trail paris Ecotrail

Commentaires (6)

1. cap'tain CJC 28/03/2012

YeSSS 1 prems pour le message
OHHH FRANCKY quel bonheur de te lire j'ai la chair de poule et la larme au coin de l'oeil, BRAVO BRAVO BRAVO FELICITATIONS c'est 9h00 de course c'est la récompense de ces longs mois d'entrainements
Encore 357 BRAVO
Profite de cette expérience ( gestion de course ) pour vivre d'autres aventures

FÉLICITATION CHAMPION
JM

2. Franck 28/03/2012

Merci, mais tout ceci à commencer graçe à une trés belle rencontre il y à 3 ans I.A.,et puis vous, sa famille et toute la folle équipe des CJC. Merci à tous pour tout ces moments partagé.

3. Léon 28/03/2012

Félicitations à toi Franck!!! Whouaa!! C'est vrai que ton récit est rempli d'émotions et ça donne de l'espoir à ceux qui comme moi récemment étaient au fond du trou aussi et qui s'en sortent grâce au sport, au dépassement de soi, aux amis présents, grâce aux personnes formidables que compte notre asso. L'année prochaine je serai de nouveau sur le 50 km pour passer sous les 5 heures mais un jour peut être nous ferons le 80 ensemble.
Bonne récupération à toi et à bientôt

4. Franck 28/03/2012

Merci Léon, oui Pépé je parle bien d'une belle rencontre, Isa.
Bonne récup Léon et surment à la champ'aisne !

5. Organisation 28/03/2012

En espérant que l'on vous verra à la Champ'Aisne, pensez à vous ajouter sur la liste des bénévoles que nous recherchons encore.

6. cap'tain CJC 20/04/2012

je profite de l'exploit de Franck
pour annoncer que nous allons tout droit vers la 20.000 visites de notre site.Surement pour ce w-end
CHAMPAGNE LES MAITRES

Ajouter un commentaire