Trail d'Argonne

OK  avant go ! Retour sur la campagne d’Argonne (24 km)

 

C’est à l’aube que je me suis donc levé pour me rendre en terre d’Argonne avec la légère appréhension de ne pas pouvoir finir la campagne à cause d’un genou qui couine….

Une levée bien matinale donc pour un dimanche. Parfois, on peut se croire un peu fou…. comme certains disaient des romains !

Bref, l’équipement du trailer fou était fin prêt et les couleurs sorties, comme en atteste le cliché ci-dessous. Pratique recommandée par le capt’ain de régiment Jean Marcus de la tribu des chierry j’y cours dans son blog de la campagne des tranchées !

 

Haut les couleurs, Ô les couleurs…

 

Vous noterez que la pratique est quelque peu différente. Etaler l’ensemble sur le lit avant la campagne s’est révélé impossible pour moi, puisque femme du domaine et progéniture étaient encore endormies. Et qui prépare une bonne campagne doit préserver la paix au ménage !

Me voilà donc parti en chariotte tôt le matin pour la capitale de la Gaule Belge, Reims, pour y retrouver mon frangibuspour faire chariotte commune (Je rappelle que mon Frangibus n’est pas un vendeur de dragibus,

comme peut le soutenir notre Miss blogus, drôle d’idée ou souvenir d’enfance, allez savoir). Frangibus est un trailer de la tribu des Cracus Soissonnus,

dont la tradition est de casser des vases de colère lorsque le dieu chronos n’est pas satisfait ! Chacun ses us et coutumes.

 

Lol avec le Frangibus du Cracus Soissonus, et amateur de dragibus !

 

Nous partons alors pour Sainte-Menéhould, passons à proximité du Moulin de Valmy,

qui dit-on, court trop vite, je le tiens pour sûr du Sieur local, un certain Meunier, connu pour ses longues siestes. A Sainte-Ménéhould, j’y croise le fidèle Tonius Hulinus

Trailer robuste qui s’est inscrit sur le 10 km et qui n’était pas rassasié de sa chasse du semi-marathon (et ce n’est pas une fable, croyez moi). Rasé de prêt, frais comme un gardon, et joliment accompagné ! Une performance en vue, sans aucun doute.

Sur place, en gage de bienvenue, on nous offre une remarquable tunique de course anis (ce qui nous donne soif avant d’avoir couru, sans doute une tradition locale pour impressionner l’étranger)

floquée de deux gros panards (une nouvelle technique de course pieds nus importée d’une tribu d’une lointaine contrée, assez remarquable pour l’aération des doillettes mais qui semble peu convaincante pour l’aérodynamisme. A  voir ou à tester olfactivement).

Un nouveau travail d’investigation pour Jean Marcus ou un comité Théodule (je sais, il ne fait pas parti de la tribu) !

Dans l’attente du départ par le Dieu chronos…

 

Sur la ligne de départ, nous sommes environ 300 participants. J’y rencontre deux membres de la Cité des Sacres, des sacrés loustics, quoique sympathiques et peu farouches comme en atteste un cliché volé.

Je suis, toutefois, resté méfiant puisque l’un d’entre eux exerce la profession peu recommandée d’arracheur de dents dans la Cité des Fables. Peut-on lui faire réellement confiance ? Tout dépend de la rage de dent en fait…

 

Where is the dentist ? (une dragibus offert par Miss Blog à celui qui trouve la bonne réponse)

 

J’aperçois aussi le barde du club, Sly (il parle en courant et court en parlant, un truc incroyable, de dingue, de ouf vous dis-je), en fin de cortège, avec la prêtresse canine Dune. On se croisera plusieurs fois sur le parcours, pendant lequel nous serons amenés à traverser de nombreux paysages et des forêts sauvages (je brode un peu ici). Il me distillera également quelques conseils utiles.

La grande tribu réunifiée des trailers

 

Paysage à couper le souffle, surtout dans la montée des bois…

Finalement, la campagne se terminera, et le genou aura tenu, même s’il a couiné en fin de parcours.  On sera de nouveau accueilli par la tribu locale, qui en guise de récompense nous offrira un breuvage pétillant, appelé champagne, avalé goulument (quoi, un seul verre, Ce n’est pas la tradition du Chierry j’y bois çà).

 

Sly, le barde de la tribu du CJC

 

Lol, tout en musique et c’est déjà pas mal…

 

Je retrouve également avec grand plaisir le barde Sly, qui sans aucune incantation, a pu dénouer les lacets d’une participante d’une tribu locale, qui n’en étaient pas. Bref, il a impressionné son monde, ou plutôt la Dame, et je dois dire que je m’incline devant cette expérience du vieux sage, cette technique d’approche de la population féminine locale. Ouah ! Tout est dans l’expérience des campagnes d’Argonne en fait (sa 7ème). Total respect, Mister Sly.

 

Sly et la fameuse technique du lacet !

 

L’arrivée, bientôt…

 

La campagne s’est avérée très sympathique, la tribu des trailers locaux amicale et organisée. L’année prochaine, la tribu des Chierry j’cours, pourrait donc mettre en œuvre un régiment plus étoffé de trailers fous d’amour. de courir….. L’Argonne vaut le détour, le coup d’œil et le petit coup à boire (quand même)

A l’année prochaine…

 

lolÔ

cjc chierry j'y cours trail photos Argonne

Ajouter un commentaire