Trail des Citadelles 2014

Cr du trail des Citadelles 2014

Ce dimanche 20 avril ,nous avons participé, Jean Marc, Stéphane et moi au trail des Citadelles à Lavelanet dans l’Ariège au cœur du pays Cathare…

Mon CR aurait pu commencer ainsi :

Il était une fois…à côté de Foix, un petit village appelé Lavelanet où surplombait Le château de Montségur construit en 1206. C’est un château qualifié de « cathare ». En effet, ce château fut implanté à l'emplacement arasé de l'ancien village fortifié qui constituait, jusqu'au siège de 1244, le lieu de résistance des cathares. Lieu entouré de légendes et difficile à atteindre par les envahisseurs. Aujourd’hui prisé par les touristes et les trailleurs que nous sommes… on dit de ce lieu qu’il y aurait le st Graal en son sein…il n’en reste pas moins difficile à atteindre pour quiconque grimpe sur son flan.

Donc, pour en revenir à notre histoire, elle a tout simplement débuté comme tout début de trail avec une forte appréhension dissimulée mais prégnante…

Levé à 4h30, après une petite nuit très agitée… Un départ nocturne à la frontale et sous la pluie fine…rapidement la première côte fait son effet, les cuisses me cuisent ! Puis l’incertitude de laisser mes amis derrière pour ne pas finir seul, j’arrive au premier ravitaillement soulagé par l’accueil chaleureux. Une bonne soupe, le saucisson et le fromage du pays m’ont redonnés un coup de fouet. Arrivé au pied du mur, j’attaque la montée la plus raide et la deuxième du parcours dans la brume et une atmosphère médiévale, je prends mon temps, je souffle, j’apprécie le lieu de sa valeur.

Sur le plateau, on relance, il faut rester dans la barrière horaire, j’avais à peine 45 ‘ d’avance (je nourrissais l’espoir de me faire rattraper par mes coéquipiers). 2° ravitaillement au pied du fameux Montségur, je reprends des forces liquides et solides et repars rapidement. Un comité d’accueil au pied de la citadelle attendue me chauffe et me porte jusqu’en haut dans le brouillard… et là, apparait comme un fantôme les ruines bien conservées du château de Montségur, où nous croisons ceux qui déjà redescendent et quelques touristes courageux. La redescende est rude, douloureuse, mais ça y est, plus de la moitié du parcours est bouclé, l’espoir de finir en 12h30 m’encourage. Je cours parfois seul, parfois accompagné de Corses, de Parisiens, de Touraines, mais où sont les ariègeois ? Devant bien sûr ! Tous ceux avec qui j’ai échangé nos origines et nos impressions, connaissent Château-Thierry, étrange mais réconfortant !!! La difficulté est apparue plus violente au 4 ° ravitaillement et encore plus celui juste avant l’arrivée. Je ne peux plus courir, faut dire que la dernière bosse est raide et que le plat sur la crête surplombant Lavelanet est impraticable surtout quand il ne vous reste rien dans les jambes. Chaque pierre vous tort la cheville et la douleur remonte jusqu’aux hanches… Enfin j’entends le speaker en bas et je sais que l’arrivée est à moins de 10 ‘ mais pour moi une éternité, car la descente est impossible, elle glisse, je tombe, elle est trop raide (comme la descente sous le tuyau de la Dhuys à Chierry mais en plus long et en mouillé)… J’entends mes amis en bas m’encourager et je finis au bord de la syncope et les larmes aux yeux, « ça y est c’est fait » ! … Au départ on nous a annoncé 71 kms 800 réel pour 73, mais au final j’ai couru 74 kms 500 en 13h16 et pas moins de 3600 D+ !

Le film et les photos sont des souvenirs qui illustrent notre périple mais celui que je garderai gravé c’est l’impression d’avoir accompli un exploit personnel car le dépassement de mes capacités a été atteint. Le physique compte beaucoup mais le mental a fait le reste. L’autre impression que je garderai est la formidable sympathie des organisateurs locaux. Et enfin, j’ai été porté par les encouragements téléphoniques de mes amis et de ma famille tout au long de ce trail et l’attention portée à mon égard est le plus beau cadeau. Stéphane, notre hôte, nous a accueillis, JM et moi, comme des princes et mon seul regret est de ne pas avoir pu finir tous ensembles ce magnifique parcours classé pour moi comme le plus dur trail jamais réalisé…  « Ho la VACHE ! » est le cris de guerre du chevalier blessé qui a retenti dans les montagnes occitanes.

Ma vidéo ICI

Pour finir ce CR voici mon avis technique pour finir ce trail sans y laisser des plumes :

Entrainement : il faut une expérience de la distance et au moins avoir fait un trail de 50 kms dans sa vie. Courir régulièrement dans les côtes à raison de deux à trois fois par semaine des distances de 10 à 15kms plus une sortie longue le dimanche de 25 kms, (une sortie vélo peut remplacer une sortie longue). Faire du dénivelé, dans nos vignes, c’est possible à condition de faire le yoyo. Avoir une excellente condition physique et l’enrichir par du gainage (renforcement musculaire sur tout le corps). La préparation doit commencer en Novembre-décembre pour finir au plus tard 2 semaines avant le départ. Bien dormir avant !

Alimentation : comme tout sportif , il faut des sucres lents, des protéines, des fruits, pendant toute la préparation. La veille du départ : une pasta party suffit avec la traditionnelle bière voire 2…le jour J un bon et copieux petit dej à 5h du matin, un peu de barres enrichies mais pas beaucoup car les ravitaillements sont très bien fournis. La Sporténine© peu aider en cas de coup dur (moi j‘en ai pris 10 comprimés !)

Hydratation : toujours avant pendant et après, un peu de Malto© mais pas trop sinon on pollue l’atmosphère ! J’ai bu pendant le trail, 7 litres d’eau et de Coka© et la t° extérieur était que de 13 °…

Equipement : basket type Salomon© (semelle rigide, pour protéger les chevilles et pourquoi pas en goretex© si le terrain est boueux, mais surtout avec de bons crampons) elles sont très prisées sur ce parcours. Chaussettes nouvelles génération avec points de compression auto massant…des booster©, des guêtres, cuissard, teeshirt CJC© et coupe-vent étanche! Sac à dos avec poche d’eau de 2l.

C’est ainsi que je termine mon CR un peu long…comme le trail.

Un grand remerciement à ma femme qui m’a permis de réaliser cet effort avec toute la préparation sans un reproche.

A bientôt pour une prochaine aventure, j’espère!

chierry j'y cours photos trail citadelles

Commentaires (2)

1. cap'tain 27/04/2014

Feliz mi amigo. Tu as touché du doigt ton graal et qu'elle performance !!!
Peu importe le chrono...pour nous il faut finir...Bonne recup mon poto
Je rajoute pour tes recommandations : LE MORAL ou MENTAL voir une certaine force de caractère pour tjrs POSITIVER ,car tu as bien su gérer les mauvais passages sur ta course....

2. Véro 28/04/2014

Ça, c'est du sport !!! Un véritable exploit !!! Bravo Lionel, mais aussi bravo JM et Stéphane!

Ajouter un commentaire