Sparnatrail de Tof

05h00 dring dring.... Ah oui, c'est vrai, je dois courir 57 km aujourd'hui!!!

C'est parti, petit déjeuner, préparation du matos, je prends les clés et c'est parti. J'arrive à Epernay sans problème grâce à mon GPS.

Je prends mon dossard, recherche de l'orange en vain. Je me prépare donc pour cette course et me demande encore pourquoi je suis ici ? Je me pose souvent cette question sur des trails longs, pas vous ?

Je me place à une position stratégique, c'est à dire derrière, mon but est de terminer, d'être un FINISHER !!!

Je rencontre Stéphane Formont et décide de faire un bout de chemin avec lui. Je me demande encore où est donc passé notre cher président. A le voilà courir tel un 100 m pour nous rejoindre.

Pan ! Top départ !!! On court sous des milliers de bouteilles de champagne et moi, je pense à la mienne qui m'attend à l'arrivée.

On court quelques kilomètres avec Jean-Marc, puis, il décide d'accélérer un peu pour rejoindre le gros du peloton. Nous restons derrière à notre moyenne d'environ 7,5km qu'on essaiera de suivre jusqu'au bout.

Bon, les paysages... comment dire... on voit rien, c'est une purée de pois Jusqu'à la montée dans les vignes, vers le village d’HAUTVILLERS. La vue se dégage au fur et à mesure que nous montons. C'est une mer de brouillard qui nous attend. Cette dernière remplit la vallée en contre bas. Je ne regrette pas d'être venu.

Continuons notre route sur le GR 14, notre moyenne se maintient, nous rattrapons Benoît un coureur que j'ai croisé sur Montmirail. Notre groupe se forme naturellement.

Premier ravito en vue, dans le charmant village de DAMERY. Et là c'est le drame...

Ma clef de bagnole n'est plus là !!! La galère, je demande aux bénévoles, ces derniers font appel aux serre files dans l'espoir de retrouver cette dernière. Je suis dans l'obligation de quitter mes copains de courses. Je me pose la question d'abandonner pour récupérer la clef. Mais je suis têtu ( forcément Breton) et je me dis que je n'ai pas fait toute cette route pour rien. Je trouverai bien une personne pour me ramener à la maison.

Et me voilà reparti, je croise Corentin et Stéphane qui m'encouragent, je leur explique brièvement le problème et me voilà reparti. Je vous avoue que le mental a pris un coup. Je décide donc de pousser pour retrouver mon petit groupe. J'ai les jambes, je cours, je marche dans la montée vers Vauciennes, je double beaucoup de monde. Mais je ne vois toujours pas d'orange. J'ai perdu au moins 15 minutes à la recherche de cette foutue clef. Ouf!! enfin que vois-je, ? De l'orange !!!.

Je leur explique mon aventure, Benoit propose de me ramener, il habite à Château, je suis soulagé et heureux de courir en groupe. On voit rien, c'est difficile de courir sans repère. Heureusement que Stéphane veille sur notre rythme de course 7,5km/h toujours tranquille...

Nous arrivons à Moussy et notre deuxième boucle commence . Nous montons droit dans la sente en direction d'une église moyenâgeuse perdue dans la vigne.

C'est une succession de montée et de descente, je perds Stéphane vers le 42ème km, si je ne cours pa,s je n'arriverai pas à redémarrer. Je rattrape Benoit. Continuons ensemble, montons à l'aide d'une côte et s'offre à nous une descente très très pentue. Badaboum !!! voilà le Tof à terre tombé sur le flanc. Je me relève, je vous avoue, ça pique un peu. Mais il en faut plus pour m'arrêter. La makina est reparti... Et là, qui je vois ?  Stéphane devant nous, je crois à un mirage, mais non c'est bien lui. Il s'est trompé dans le balisage, grâce à son erreur, il a gagné quelques centaines de mètres ( c'est bon à savoir pour l'année prochaine, mais chut, c'est un secret !!!).

Ah voilà le ravitaillement, je mange un peu de saucisson et de comté, que c'est bon un peu de salé. Et nous voilà repartis pour les derniers kilomètres, le soleil s'est levé dans la descente vers GRAUVES. Nous arrivons à flanc des falaises calcaires de CUIS, c'est un endroit magnifique. La vallée est sublime les couleurs automnales sont splendides.

Tout à coup ,j'entends «  vive la Bretagne » , je me retourne et puis fait la connaissance d'un gars de Bretagne qui apprécie le fait que je porte les couleurs « du pays » sur mon sac. Discutons quelques minutes sur les courses en Bretagne et continuons notre route avec Benoit.

La fin de parcours est difficile pour moi, j'ai mal, Benoît aussi, nous marchons de plus en plus. On ne voit pas la fin, on monte, on descend. Enfin, je vois l'arrivée, je suis fier de cette épopée parcourue avec mes copains de course, c'est une très belle expérience, j'ai adoré.

Mais l'aventure n'est pas finie !!! Je rentre à la maison grâce à Benoit, prends mon double, mon vtt et me voilà repartis pour EPERNAY, en train cette fois!!! Je sors du train avec mon vélo et roule sur le quai et là, un agent sncf me réprimande moins de deux, j'étais bon pour la douloureuse. Je prends mon Gps à la recherche de la rue DOM PERIGNON. Epernay by nigt, j'aime bien, mais sans éclairage moins!!! On me klaxonnait dessus, obligé de rouler sur les trottoirs. C'est soulagé que je retrouve enfin ma voiture. Il est 19h00, je rentre chez moi, c'était une journée mémorable pour le Tof à raconter près du feu une longue soirée d'Hiver....

chierry j'y cours trail photos

Commentaires (3)

1. carnis 18/11/2015

Félicitations à toi mon Tof breton. Merci pour ton CR
A bientôt sur une course ensemble.
Pour les clés, je crois que l'on fait face à une malédiction !!!
Il faut aller vite en Brocéliande et avoir recours à la fée Morgane.

2. arzel 27/11/2015

comment 2 tof breton dans l asso ?

3. cap'tain 27/11/2015

ben voui ma tite Isa..mais le second est grand fort et .....hihihi

Ajouter un commentaire