trail LAS CALADAS

Forest trail et Gruissan Phoebus  sur le trail LAS CALADAS 

 

Après deux mois et demi d'entrainement il était grand temps de remettre un dossard. C'est arrivé le 7/02 au soir sur le Forest trail , 25km 500D+. C'est un trail nocturne se déroulant dans la forêt de Bouconne au nord est de Toulouse. Il avait neigé en début de semaine mais ce samedi durant la journée, le soleil était de retour, la neige avait fondu et cela annonçait pas mal de boue....

Durant ces deux mois et demi de préparation j'ai partagé mon entrainement avec  Jeremy, un Airbusien et Toulousain natif. Nous avons pris le départ ensemble de ces deux courses. Nous avions repéré préalablement le profil de la course et était annoncé 90% du dénivélé sur les 15 premiers km.

19h, pan, nous voilà partis en plein de Lévignac sur Save direction les sentiers de Bouconnes. L'allure est  bonne, 13 je suis dans le premier paquet...  la première bosse arrive, je tire la langue je n'en vois pas la fin 1.5 km, je m'accroche Jéremy me distance puis en haut il m'attend un peu, je le rejoins et relance progressivement et récupérons notre allure entrainement (12).  Le terrain de jeu est très gras arrive une première grossse descente avec 30 à 40cm de boue, je peux dire merci aux branches sinon j'étais bon pour la balnéo... puis arrive deux belles bosses consécutives où je donne le tempo et arrive à relancer par la suite. Nous approchons le km 10 et paradoxalement je trouve le parcours assez roulant et passe le km 10 en 55min, j'en profite pour me délecter d'une compote et d'un morceau de comté. Arrive le km 12 et inévitablement la plus grosse difficulté de la course, qui ne demande aucunes réflexions autres que  : "tait toi et fonce". Je saute donc dans 1m20 d'eau  à 2 degrés. Il faut passer dans un tunnel et gagner l'autre berge. Je ressors vivant, chaussure propre, caleçon propre mais frigorifié et me dit qu'il me reste 13km à faire comme ça. Il en suit 2km dans un champs de "vase" où je n'arrive pas à courir à plus de 8 je manque d'y laisser deux ou trois fois mes chaussures... En dehors de la boue, toujours pas de dénivelé, bizarre.  Sorti de ce bourbier km 14 je relance mais ne retrouve pas l'allure pour suivre Jéremy et il me distance au km 17. Me voilà seul, pas grâve. km 18 toujours seul bizarre. Le ravito officiel est annoncé à 18km700 je retrouverai bien du monde. je me retrouve sur des petits singles légèrement boueux, bien balisés et  j'enchaine à bonne allure une belle bosse en S avec une multitudes de petits ponts de bois. Je reprends 2 gars et j'aperçois une lumière au loin et me rassure en me disant que cela doit être le ravito.

Le compteur tourne et la lumière au loin s'éloigne ma montre m'annonce 19.4km toujours pas de ravito, bizarre, je prends donc une compote comté, (ma dernière) et relance comme je peux sur un parcours très bien balisé. Les cuisses commencent a crié un peu au secours mais gérable. 20km500 RAVITO.... ouf je suis sur le bon  chemin, d'après moi il reste 3.5km je ne m'arrête pas et relance de nouveau. A mon passage j'entends la jeune fille me dire "mais Monsieur arrêtez vous il vous reste un peu plus de 8km. Prenez au moins une petite bouteille d'eau". Je  fonce sans prendre réellement conscience de son message et prend cela pour une mauvaise blague.

Bizarrement sur les 3 km qui vont suivre je me retrouve à grimper , grimper , grimper (rien d'annoncer comme cela dans le profil de la course) et puis je vois sur ma montre 24.5km et relance à bloc, prêt à foncer sur l'arrivée.... mais 500m plus loin je suis en pleine forêt, les deux pieds dans la boue, 2h38  de course (content de moi) mais pas d'arrivée... plus beaucoup d'eau dans mon kamel, plus de compote, plus de comté. Je repars, bonne allure relance dans une longue clairière et rattrape du monde, j'enchaine avec 1.5km d'une côte, j'explose en vol  ma cuisse droite me fait mal et là je ne comprends plus rien. Rien de prévu au parcours .... à 27km800  et je commence à doubler des coureurs déguisés en poussin qui marchent épuisés, je n'ai plus d'eau et j'ai faim et j'ai froid. je vais mettre 11min pour arriver à 28k800 mais n'arrête pas de doubler des coureurs et ne comprends pas bien ce qu'ils font là...  En haut d'un énième bosse que je ne comprends toujours pas j'entends le speaker, sors des chemin retrouve la route et termine cette course en 3h08 avec 29km800 au compteur un peu perdu, retrouve Jeremy qui  lui terminera en 2h51. j'englouti un sandwich à la saucisse de Toulouse grillé, et cherche à comprendre ce qu'il s'est passé car: je termine dans les derniers et j'entends des coureurs annoncés qu'ils n'ont fait que 21km et moi 29,800... jéremy 29,800 terminant aussi dans les 100 derniers.

Le lendemain un communiqué sur la course indiquera que le parcours ne faisait pas 25km mais 29km que le km et le profil était donné à titre indicatif et qu'il y avait eu une erreur d'aiguillage pour les 2/3  des participants  qui auront fait que 21km. Malgré cette "désorientation et ce manque de précision de l'organisation, c'était très sympa.

 Maintenant débute la récupération en vue du trail de Gruissan  7 jour plus tard. Ma cuisse me fait mal. Lundi soir je remets la machine en marche pour un petit footing de 6km, ma cuisse me tiraille... repos jusqu'au vendredi ou là je fais une sortie un peu plus appuyé de 50min et ma cuisse me tiraille toujours ....

 

Dimanche 15/02 Matin, Gruissan massif de la Clape. 

 

L'année dernière 2h57 pour 25.5km et 800d+. Je me suis entrainé durement pour cette course c'était mon premier objectif. Je voulais mettre 2h35. Je m'échauffe, ma cuisse me tiraille, je fais quelques accélération, ma cuisse me tiraille aie aie aie....  Jeremy est là au départ (On avait convenu de partir vite afin de ne pas se retrouver dans les bouchons dans les singles ). Il me motive " allez steph, 2h30 tu l'as dans les jambes, tu connais le parcours oublie ta cuisse, " et PAN, départ,je pars à vite, très vite (15) puis arrive un mur de 500m, impossible de courir car trop de % mais à chaque pas ma cuisse me fait mal, je serre les dents et avance, en haut je relance (12) et me fait enguirlander par mon compagnon d'entrainement, je me traine . La réalité est que j'ai du mal à trouver mes appuis avec ma jambe droite et qu'a chaque effort, bosse, saut, je dérouille. Au km 7 Jeremy m'enguirlande de nouveau, je lui demande alors de partir et de faire sa course. Je ne voyais pas comment j'allais pouvoir tenir 2h30 comme ça.

Je retrouve avec un petit groupe de 3 gars très sympa qui me changent les idées en me racontant l'apéro de la veille, tout ce que j'aime. Je continue sur un rythme moins élevé: bosse à 6/7 et single à 10.5 /11 mais ça coince toujours.

Cela reste  néanmoins magnifique, en haut de chaque bosse, une vue magnifique sur la méditérannée... du monde sur tout le parcours, des odeurs de thym de romarin et puis la météo cette année alternance de  pluie  et de  soleil, qui chauffant les rochers provoque de la brume...

km 15 je me retrouve en terrain connu et malgré ma cuisse ça me redonne un peu d'espoir. Une belle descente "encordée" dans de la roche calcaire avec la méditérannée et panorama. Suit 3km de single dans un petit bois mais je n'arrive pluss à courir tout le temps, j'ai de plus en plus de mal.  Des fourmis arrivent dans mon pied droit... puis le ravito du 18ème. Je décide de m'arrêter et de m'asseoir. 5min. Je fais quoi?  il reste 8km. 250d+: ce n'est pas sérieux de continuer? tu as fait tout ça pour arrêter là?

Je m'étire, mange une banane, deux verres de coca, je regarde mon chrono 2h07, je repars et décide de finir. Cette pause m'aura fait du bien car je ne marcherai plus . km 20 je vois l'arrivée en ligne , longe les étangs, profite de la vue des flamands roses et attaque la dernière bosse qui fait 1.5km et 85D+ puis redescend sur l'arrivée et me surprend à faire le dernier km à 15.

Je passe la ligne en 2h48. Loin de mes idées mais parfois....  est-ce vraiment si important.

Je Positive cette course car elle m'aura endurci. Dans quelques mois je serai au départ du tour des cirques et ce trail avec ce petit bobo m'aura fait travailler le mental.

Finalement c'est une contracture à la cuisse. 10 jours de repos et c'est reparti !!

La bise chez vous.

 

chierry j'y cours photos trail

Ajouter un commentaire