Aveyron

Trans Aubrac 2019

 Trans Aubrac 2019  «OUI, La bonne »
Depuis 2012, avec Jm, nous essayons de nous retrouver une ou deux fois par an afin de faire un « Ultra ». Une certaine malédiction s’acharnait sur nous car nous n’avions jamais réussi à finir ensemble une course (Citadelle x3, GRP, UTTJ….).  
Mi-novembre je lui propose cette Trans Aubrac !! Sans trop réfléchir, il dit oui, je dis oui et l’aventure fut partie. La cerise sur le gâteau : une dizaine de CJC vont-nous accompagner sur l’aventure.
 
La préparation s’est déroulée sans accroc, reconnaissance des parcours, kg en moins, plaisir etc. Pour la première fois depuis que je fais ce sport, Nathalie et les garçons vont être avec moi sur ce wk et me suivre sur le parcours. Tous les voyants sont au vert pour que cette course se déroule sans accrocs.
Nous nous retrouvons toutes et tous la veille dans un petit camping à 300m de l’arrivée, pasta party, bière, pâté et à 23h hop hop hop  au lit avec mon JM, le réveil est mis pour 3h30. Il prend une pastille, moi non. Au bout de 10min il dort, moi non. Je vais m’endormir vers minuit et je vais me réveiller toutes les heures…..
Nous voilà sur la ligne de départ, au château de Bertolène. Nous avons retrouvé Tatiana, Lionel, Babou. Elles et il ont le sourire, nous aussi. Le feu d’artifice, le décor, les lumières, sont tellement magiques que nous nous laissons absorber et ne voyons pas que le départ est donné !
 
Je fais un départ prudent, le profil de cette première partie est très roulant, il ne faut pas se griller. Je profite de ce lever de soleil avec JM au milieu de ces châteaux et exploitations agricoles. Les couleurs sont magiques et nous apercevons quelques fois au loin les hauts plateaux qui nous servirons de terrain de jeux dans l’après-midi. Nous arrivons au premier ravitaillement km 22.8 en 2h38. » RAS tout va bien ». C’est ce que j’écris à Nathalie et aux garçons. Je me ravitaille normalement, fait le plein + une gourde 500ml
 
Nous voilà reparti pour 30km 1500d+ et très rapidement je sens que ça ne va pas fort, je ne parle plus, mes jambes ne répondent pas comme je veux, je transpire, courir devient compliqué. JM le voit bien et fait tout pour me changer les idées…. Je n’avance clairement plus comme il faut. Vu notre passif ensemble, il pense que le sort s’acharne et que je ne vais pas tarder rendre les armes et sort son ultime argument : « Si nous finissons cette course je te dis un secret ». J’accepte sa proposition et lui demande de partir. 
 
Après avoir insisté une bonne heure, il accepte de partir et de vivre pleinement sa course. Je me retrouve seul avec ma tête et mes jambes devant 75 km à faire, sans pouvoir, pour le moment, relancer et courir. Mon esprit est partagé par de nombreux sentiments : « tu ne peux pas lâcher » «  comment faire sans pouvoir courir » «  tu ne vas pas pouvoir continuer comme cela » «  allez bouge-toi c’est juste 70 fois 1km » «  tu es rôti » «  tu ne lâcheras pas » … Puis à la croisée d’un chemin j’aperçois deux jolies petites têtes blondes et une très jolie Blonde aux yeux bleues avec un rouge à lèvre très rouge !!! « ALLEZ PAPA, ALLEZ PAPA » « tu as de l’eau juste à côté ». Me voici à « vitarelle » 41km 6h30 de course… je m’hydrate bien, la jolie blonde me fait un bisou tout rouge et me dit « Je sais que ça ne va pas fort mais courage, on te retrouve à Laguiole ». Je repars dans mes pensées positives et négatives… Puis j’aperçois un taureau immense, un monstre, qui dégage à la fois tranquillité et puissance, le modèle de la statue de Laguiole ! Je me dis «  tu tiens jusque Laguiole et après tu vois » 
 
Laguiole arrive finalement plus vite que prévu, je passe devant ce taureau majestueux et suis assez content de retrouver les miens. A l’entrée du ravitaillement les garçons sont heureux de me voir, Nath aussi. L’appétit n’est pas au rendez-vous, j’ai la tête dans le guidon… je me change, les garçons font le plein de mon sac avec plaisir et Nath me remonte le moral ! Un vrai travail d’équipe. Je récupère 30min puis je repars, moral regonflé, avec un petit sandwich Jambon Laguiole. «On te retrouve à la station de ski ».
Je commence à me sentir mieux sur cette troisième portion, l’énergie revient peu à peu, je passe deux ou trois coups de tel (parents, ami) qui ont les mots justes « un ultra c’est dur ! Accroche toi » « même en marchant jusque la fin ça passe » « tu as l’entrainement pour !ça va revenir » .Je range mon tel et je ne le ressortirai qu’à l’arrivée.
J’ai le moral regonflé dans cette magnifique forêt longeant ces hauts plateaux. Les odeurs de bois printaniers humides se mêlent à quelques plaques de neige. Un paradoxe magnifique que tu ne trouves que lors d’une course nature. Je peux recourir depuis quelques km, c’est la bonne nouvelle !  Avant d’arriver à la station de ski j’aperçois mes garçons et Nath qui a remis ce rouge à lèvre bien rouge…. « on te retrouve à la station tu en as pour 10min » petit bisous à la station puis c’est parti direction le buron des Bouals ! la grimpette au sommet de la station se fait sans soucis. La vue au sommet est splendide, les jonquilles sauvages sont à tomber (j’en cueille d’ailleurs une que j’offrirai à nath au ravitaillement). La seule difficulté c’est une grosse averse d’1h30 ! J’arrive frigorifié au buron. Nath et les garçons sont là avec mes vêtements pour la nuit. Je suis pris en charge par d’adorables bénévoles qui m’emmène près du chauffage avec ma famille afin que je puisse me changer et me ravitaille avec chaleurs Affections ! Un grand MERCI. Je n’ai pas faim et je ne profite pas de buffet somptueux, deux bols de soupes et un mini sandwich au saucisson.
 Avant de repartir (avec un peu de doutes) Nath me refait un bisou tout rouge en me glissant avec insistance «  tu as déjà fait 80km, ce n’est pas le moment de lâcher, on se revoit à l’arrivée ! » le ton était autoritaire mais nécessaire : Merci ma chérie….
Dernière portion, moral au top, les jambes sont revenues, je peux courir, la pluie s’est arrêtée. Après avoir quitté le plateau et les tourbières, je retrouve la forêt et ses odeurs. Depuis la station de ski j’ai bien repris 40 personnes. C’est bon pour le moral ! j’enchaine les singles le long d’un ruisseau j’alterne marche et course ça revient.. puis j’ai une petite voix dans ma tête qui me dit « active le mode machine Steph » C’est maintenant chose faites ! Check point cascade de Lacessat ok dans le timing. A ce moment je comprends que je peux passer sous le 19h.. ça ne me lâchera plus. La suite du parcours se complique mais je ne lâche rien, on reprend 500d+ sur 4km, c’est dur, ça pique mais ça passe et dans quel décor !!! c’est juste merveilleux : on se croirait dans une forêt magique digne de nos rêves d’enfants !! Après avoir plongé deux fois les jambes dans l’eau (oh que ça fait du bien) je me retrouve au dernier CP, ma tête explose de joie, je vais finir… dernière bosse où je reprends 4 personnes et l’ultime descente vers Saint Geniez D’olt au petit trot,( j’ai même un petit signe du ciel : un papillon m’accompagne sur quelques mètres, ma fille était avec moi ….) je sais qui m’attends à l’arrivée !
Je rentre dans le gymnase, mon Nathan se précipite, enjambe la barrière et fini avec moi les 18h59 d’effort ! Quel bonheur ! Très vite j’aperçois un affectueux rouge à lèvre avec un joli sourire qui veut dire plein de choses, une autre petite tête blonde « Bravo mon Papa » et mon pote Jean Marc qui a le sourire du Finisher ! Puis tous les amis CJC qui sont restés à attendre ma tardive arrivée… (merci)
Quelle aventure ! Mais quelle aventure !! Mais…….
Une organisation au top… un balisage au top ! Des Merveilleux bénévoles ! Un terrain de jeu à …couper le souffle :  MERCI
Merci également à ma petite famille de comprendre cette passion et de me laisser m’entrainer toutes ces heures et surtout d’avoir été présente toute la course, ça change la vie d’un coureur …..
Oui c’est fantastique de la faire, Oui cela vaut la peine de continuer même lorsque cela ne va pas (35km….) Oui je suis prêt à le refaire dans les mêmes conditions, Oui nous avons cassé le mauvais sort Jean Marc, Oui j’avais deviné ton secret… mais le plus beau oui c’est celui que vous vous êtes dit le samedi 27 ! Je suis assez fier d’avoir enterré ta vie de jeune premier durant 6h 
5L d’eau / 1 L de colt Cola /1L de Saint Yorre / 1 Barre / 4 compotes/ 2 mini sandwich/ des abricots secs
A bientôt pour de nouvelles aventures…..